La prière de l'Aube

La Prière de l’Aube

par Monseigneur Georges Khodr, métropolite du Mont-Liban

 

 Sauve mon âme de l’injustice, pour que je puisse réciter la prière de l’aube.  « La prière est meilleure que le sommeil ».

 Tôt le matin, je la reçois, elle descend de Ton Royaume : Tu es l’implorant et l’imploré. Il est dit dans mon Eglise que la meilleure prière est de taire les mots et d’implorer avec le cœur. Je n’ai pas atteint cet état. La vraie prière, c’est Toi en moi ; c’est atteindre le ciel où la parole n’est plus de mise. L’important c’est de garder Ta parole pour effacer la dualité entre les mots et ce que Tu veux. Si nous pouvions annuler les mots pour dire uniquement ce que Tu veux !

Parle pour que les hommes entendent. Ils demandent Ta parole non par les livres, mais à travers les cœurs purs. Quand l’orant deviendra-t-il parole ? Pouvons-nous transmettre avec nos mots la pensée de Dieu ? Donne-nous d’avoir faim de Tes paroles pour que nous ne fabriquions pas des mots qui ne rassasient pas. Parle, nous T’écoutons.

Les hommes ont beaucoup parlé au cours des ans, et nous avons toujours faim. Ta parole est l’unique nourriture. « Prenez et mangez ». Seigneur, nous mangerons Ta nourriture, si nous décidons de ne pas mourir. Tes disciples savent-ils que, dans le passé, les croyants demandaient à leur ancien : donne-nous une parole de vie. Il répondait toujours : « Je ne parle pas de moi-même… ce que je dis c’est ce que le Père m’a dit » (Jean 12 : 49 et 50). Notre péché, c’est peut-être que nous n’avons jamais faim de Toi. Donne-nous Ta parole, Seigneur, afin que nous vivions. Les hommes ne vivent pas des paroles des hommes. Tu as dit : « Je suis la Lumière et la Vie ». Cela ne veut-il pas dire que Tu es Toute la Vie, profondeur et étendue. Nous ne cherchons pas ce que tu as créé. Nous Te cherchons, Toi. Viens alors et habite en nous, purifie-nous pour que nous allions de Toi vers Toi, pour que nous ne nous perdions pas dans un espace imaginaire. Tu nous habites, Tu nous enseignes et nous T’écoutons.

Les hommes Te cherchent en nous. Ceux que tu n’habites pas n’importent à personne. Viens et parle, nous nous tairons, et que Ta parole guérisse. Nous ne sommes pas des soleils, nous sommes Tes miroirs. Certains se posent des questions à notre propos. Te savoir en nous les enrichit et les désaltère. Nous ne sommes la nourriture de personne. Tu es le Pain de la Vie. A nous de le distribuer et de disparaître. Viens vite Seigneur.

Viens, car tu es notre repos et nous ne pouvons aller à quelqu’un d’autre. Etre en Toi nous régénère, Toi qui as dit : « Je suis la voie, la vérité et la vie » (Jean 14 :6). Les hommes ont une apparence de vie, et Tu es toute la Vie. Si nous sommes en Toi, nous en serons rassasiés.

Nous n’aurons plus faim. Et quand nos âmes se reposeront en Toi, nous n’aurons aucune crainte, car rien ne peut s’ajouter à Toi. Tu es le Pain de la Vie, tu la nourris et nous demeurons avec Toi. Demeure en nous Seigneur, habite en nous et nous n’aurons ni faim ni soif.

Seigneur, apprends-moi à prier avec des mots nouveaux qui partent d’un cœur où tu habites. Cependant, je crains mon cœur. Viens en moi pour que Tu parles en moi. Pour que je sache que je viens de Toi. Ne me détache pas de Toi. Il ne me suffit pas d’être né uniquement de mon père et de ma mère. Si je ne sais pas que je viens de Toi, je me perds dans les dédales de mon âme. Donne-moi d’être de Toi pour que je sente que je suis devenu quelqu’un.

Sois ma Paix au moment de mon départ, pour que je rencontre Ta Face à l’heure de ma mort. Ta Face me suffit. Seigneur, Ta face est l’aube.

  

Quotidien An Nahar, 25 octobre 2014                                                                      Mgr Georges Khodr