Le repentir selon le Père Sophrony - Fruits du repentir

 

Fruits du repentir

 

Certes, l’homme ne saurait totalement éviter de pécher, mais il peut éviter les conséquences du péché — la séparation d’avec Dieu — par le repentir. (Sa vie est la mienne, p. 52).

 

La purification

Lorsque nous nous repentons, nous condamnant résolument devant Dieu et les hommes, nous sommes purifiés intérieurement. L’eau dans le verre retrouve sa pureté en passant par le filtre spirituel du repentir. Aussi quand je me confesse, je m’accuse de tout mal, car il n’est aucun péché au monde que je n’aie commis, ne serait-ce qu’en pensée et pour une fraction de seconde. La possibilité même de tels mouvements de mon esprit révèle clairement mon état de péché. Qui peut être tout à fait certain d’être libre du pouvoir des pensées passionnelles ? Et si, pour un bref instant, j’ai été sous l’emprise de pensées mauvaises, qu’est-ce qui m’assure que cet instant ne se transformera pas en éternité ? […] Aussi devons-nous, pour autant que nous les voyions, confesser complètement nos péchés de crainte de les emporter avec nous dans la mort. (Voir Dieu tel qu’Il est, p. 47 ; Sa vie est la mienne, p. 84).

 

Ainsi c’est seulement à travers le feu du repentir que notre nature est refondue, par sa prière accompagnée de larmes que sont exterminées les racines du péché, par l’invocation du Nom de Jésus que notre être est purifié, régénéré et sanctifié. (Sa vie est la mienne, p. 178).

 

Le pardon

Il n’y a pas de péché impardonnable, hormis celui dont on ne se repent pas. (80).