Le mystère de la Sainte Trinité selon St Grégoire Palamas

Métropolite Amphiloque du Monténégro et du Littoral

 

           ... Tout cela montre que, selon le saint athonite, le discours  véridique sur Dieu ne peut se faire que sur la base de la  "vision" de Dieu et que la théologie véridique jaillit de  la vision de Dieu, et la connaissance de l'expérience.

Celui  qui ne croit pas à ce " grand mystère de la grâce nouvelle  et qui ignore l'espérance de la déification" est condamné à  rester éternellement dans le cercle vicieux "du plaisir de la  chair" et de la cécité, comme prisonnier de ce qui est limité  et irrationnel. La libération de l'absurdité et l'acquisition  de la véritable connaissance de Dieu ont comme condition  préalable pour l'homme "un abîme de deuil", d'amour, de  purification et de glorification de Dieu. Là où se trouvent  celles-ci, l'homme  "est glorifié en retour par Dieu", "en  une riche déification, une effusion à triple éclat de lumière".  Et de plus, la sagesse théurgique de l'Esprit, "très féconde  et pourvue de nombreux rejetons", étant 1'unique clef des  saintes Ecritures, est la puissance qui accomplit cette déification, cet accroissement et ce dépassement des capacités  humaines pour l'amener à "l'archétype de la beauté et de  l'immutabilité" de la gloire trinitaire. Par l'Esprit, ceux qui  croient dans le Christ acquièrent la forme du Christ, c`est-à-dire que le Christ prend forme et habite dans leurs cœurs,  "vu invisiblement" et connu de façon inconnaissable.  Le Fils, qui prend forme dans l'homme, lui fait don de la  "simplicité divinisatrice" et le ramène à l'unité "du Père  qui rassemble tout".  De ce qui précède, il résulte que, pour saint Grégoire, la  manifestation de la Sainte Trinité est un seul et même événement trinitaire et que la connaissance de Dieu ne découle pas  des syllogismes de la raison, mais se fonde sur les "réalisations" de l'économie divine, et qu'elle jaillit de l'expérience vécue, tant biblique qu'ecclésiale, du Dieu trinitaire.  Comme deuxième conséquence, il s'ensuit que pour lui la  connaissance de la Trinité est indissolublement liée à son  anthropologie, posant comme condition préalable la purification et la déification de l'homme. C'est précisément à cause de cela que le saint qualifie l'Eglise de "communauté  de déification". La déification, comme union par grâce de  l'homme avec Dieu et comme étant "l'autre aspect de l'Incarnation ", procure la véritable connaissance de Dieu. Enfin,  Dieu, selon des modes différents et en temps opportun, offre  à l'homme cette même grâce trinitaire de la connaissance  de Dieu. Le Père nous a fait don de son Fils, lequel s'est  "vidé" (kénose) de lui-même pour nous, "et a travers ce  dépouillement ineffable et cette grâce, la grâce de l°Esprit-Saint s'est déversée sur nous d'une autre façon, tout aussi  ineffable, faisant de celui qui en est digne son temple".       

 (Le mystère de la Sainte Trinité, Metropolite Amphiloque du Montenegro, Editions du Cerf Paris 2012, pages 108-109)